Les occidentaux rejettent Dieu


Nous constatons que de nombreux États euro-atlantiques ont pris le chemin du reniement ou du rejet des racines chrétiennes qui constituent la base de la civilisation occidentale. Dans ces pays, les fondements de la morale et de toute identité traditionnelle sont remis en cause – les identités nationales, religieuses, culturelles, voire du genre lui-même, sont niés ou relativisés : la foi en Dieu équivaut à la foi en Satan.

En fait, ces pays européens ont une telle honte de leur appartenance religieuse qu'ils ont même peur d'en parler. Les vacances et les fêtes chrétiennes sont supprimées - on les rebaptise d'un nom neutre, comme s'il s'agissait d'un objet de honte. En conséquence, la valeur morale profonde de ces célébrations est perdue de vue. Ces pays tentent d'imposer cette manière de voir à d'autres pays. Je suis profondément convaincu que vivre de cette façon conduit à une culture dégradée, et produira un retour à l'état primitif. C'est pourquoi la crise démographique et morale de l'Occident va toujours s'aggravant. Aujourd'hui, dans presque tous les pays de l'Ouest, le taux de natalité est insuffisant pour permettre le renouvellement des générations, en dépit de l'apport de populations immigrées. Cette incapacité à se reproduire n'est-elle pas la preuve la plus flagrante de la crise morale que traverse l'Occident ?

Privés des valeurs morales enracinées dans le christianisme, dépourvus des règles et des valeurs morales qui se sont élaborées et développées au cours de millénaires, les peuples perdent inévitablement leur dignité. C'est pourquoi nous pensons qu'il est juste et naturel de défendre les valeurs morales propres au christianisme. Certes, nous devons respecter le droit à l'auto-détermination de chaque minorité mais, selon le même principe, il ne peut et ne doit y avoir aucun doute sur les droits de la majorité.

Corrélativement à la décadence occidentale que nous constatons au niveau des nations, nous observons, au niveau international, une tentative d'unification du monde selon un modèle unipolaire, cherchant à relativiser ou abolir les institutions de droit international ainsi que la souveraineté des peuples. Or, dans un monde unipolaire unifié, il n'y a plus de place pour les États souverains : un tel monde n'envisage que des liens de vassalité. Sur le plan historique, cette unipolarité planétaire reviendrait pour chaque peuple à renoncer à sa propre identité et à la diversité voulue par Dieu.

Vladimir Poutine

Formulaire de contact

Nom

Adresse e-mail *

Message *