Le seul livre qu’on ait trouvé dans sa maison est une Bible

Autoportrait : Rembrandt aux yeux hagards (1630), eau forte de 41x41mm (Collection du Musée Alexis Forel, Morges)
Lorsque Rembrandt mourut en 1669, le notaire qui inventoria ses biens inscrivit : « Le seul livre qu’on ait trouvé dans sa maison est une Bible. »

Très jeune, Rembrandt illustra de nombreuses scènes bibliques dans lesquelles il s’est représenté souvent lui-même au milieu des personnages. Avec cette différence que, dans ces œuvres de jeunesse, on le reconnaît parmi les spectateurs, alors qu’avec l’âge, le peintre devient un participant.

On sent que Rembrandt est entré dans le grand mystère de Dieu, et qu’il peint ses tableaux, non plus de l’extérieur, mais réellement de l’intérieur. Dans l’un d’eux on voit des hommes affairés à dresser la croix sur laquelle Jésus est cloué ; Rembrandt s’est peint lui-même sous les traits du personnage qui aide à mettre la croix debout. La gravité désespérée de son visage, le regard accusateur du chef des soldats, mettent l’accent sur la responsabilité de chacun et plus spécialement de celui qui représente le peintre. Celui-ci a l’intuition profonde que, si Jésus est mort sur la croix, ce ne sont pas ceux qui jadis l’ont cloué sur le bois qui en sont les seuls responsables, mais lui-même, Rembrandt : il est coupable. Il a contribué à la mort de Jésus, puisque Jésus est mort pour les péchés de tous les hommes.

Peu à peu le peintre saisira cette grande vérité et, ses tableaux laisseront apparaître un homme émerveillé, gagné par l’amour de Jésus, le Fils de Dieu.

Rembrandt

Source
         

Formulaire de contact

Nom

Adresse e-mail *

Message *