Paroles d'otages

© RTS
"J'ai découvert Dieu au cours de ma captivité. J'ai trouvé une Bible qui est devenue mon livre de prières." "Dès les premiers jours de mon enlèvement, je me suis retrouvé à genoux sans savoir prier… Je m'adressais à Dieu d'une manière profane… Je demandais pardon. Cela a duré plus de deux mois. Sans savoir que la demande de pardon, c'est la base de tout… Les ravisseurs ont accepté de me laisser une Bible… J'ai appris par cœur en anglais une dizaine de psaumes qui me plaisaient beaucoup… Ma captivité était nécessaire pour que je prenne conscience de Dieu… Dieu est mon roc, comme dit le Psaume."
Roger Auque, journaliste français, ancien otage au Liban, ambassadeur de France à Asmara en Érythrée.

Source
Video


"La Bible a appuyé, nourri ma foi et l'a raffermie. Ça a été quelque chose de très important. La Bible s'est révélée être également le véhicule d'un encouragement spirituel : des histoires comme celle de Job, de Joseph vendu par ses frères, et bien d'autres parlent de gens plongés dans l'adversité ; par leur foi en Dieu, ils s'accrochent à l'espérance et surmontent leurs tribulations." "DIEU m'a protégé... Quand je me sentais découragé, je priais... Longtemps non pratiquant je suis aujourd'hui imbattable sur La Bible. Sa relecture avec des yeux neufs m'a permis de découvrir un ouvrage proprement révolutionnaire. La Bible a constitué un réconfort permanent."
Jean-Paul Kaufmann, journaliste et écrivain français, ancien otage au Liban, Prix de la langue française 2009 pour l'ensemble de son œuvre. 


Source


J'ai lu je ne sais combien de fois les mêmes romans. Surtout la Bible. Avant, j'étais croyant, mais non pratiquant. Pendant ma captivité, j'ai redécouvert la prière. Je priais, je priais ! Je n'arrêtais plus. Un jour, un gardien m'a dit: "Prie pour ma fille, elle est malade". Deux jours après, il dit: "Merci, elle est guérie !"

Marcel Carton, diplomate français, ancien otage au Liban.

Source

Formulaire de contact

Nom

Adresse e-mail *

Message *