Les résultats pratiques dans la vie quotidienne

Si tout ce qui a été écrit dans les chapitres précédents au sujet de la vie cachée avec Christ est vrai, les implications pratiques dans la marche et le comportement quotidiens sont évidents et ceux qui ont commencé à jouir de cette vie, devraient être en vérité, des gens particuliers, zélés pour les bonnes œuvres.

Mon fils, qui est maintenant auprès du Seigneur, écrivit un jour à l'un de ses amis, à cet effet. Il lui dit que : nous devons être les témoins de Dieu, car le monde ne lira pas la Bible, mais lira certainement notre vie. Leur foi en la nature divine de notre 'religion' dépendra beaucoup de ce qu'ils liront. La génération dans laquelle nous vivons est essentiellement une génération de faits et toutes les recherches scientifiques ont tendance maintenant à s'éloigner des théories pour se rapprocher des faits. Si, par conséquent, notre 'religion' doit avancer dans le temps présent, elle doit prouver qu'elle est davantage qu'une théorie et nous devons offrir à l'investigation des esprits critiques de notre époque la réalité propre des vies transformées par la puissance de Dieu "qui œuvre en eux selon le bon plaisir de Sa volonté".

J'aimerais donc parler très solennellement de ce que je considère comme étant les fruits nécessaires d'une vie de foi telle que je l'ai décrite. Je voudrais également faire comprendre à chacun de mes lecteurs qu'il existe une responsabilité personnelle, qui est de "marcher d'une manière digne de notre appel" comme nous avons été appelés à le faire. Je pense parler à certains d'entre vous comme à des amis intimes, car je sens que nous n'avons pas pu marcher ainsi ensemble, à travers ces pages, sans que croissent dans nos cœurs un tendre intérêt et un profond sentiment réciproque, de sorte que nous pouvons en toutes choses, louer Celui qui "nous a appelés des ténèbres à Son admirable lumière". Je m'adresse donc à des amis et je sais qu'ils me pardonneront si je traite de certains détails de notre vie quotidienne qui semblent être secondaires, mais qui ne constituent pas moins une grande partie de notre existence.

Le niveau de sainteté est devenu si bas chez les chrétiens que la moindre consécration, dans la vie et la marche de la foi, est contemplée maintenant avec surprise et même avec désapprobation par une grande partie de l'Eglise. La plupart des disciples de Jésus sont satisfaits d'une vie conforme aux valeurs du monde, à tel point, que dans tous les domaines, aux yeux de l'observateur de passage, aucune différence ne paraît évidente.

Quant à nous, que Dieu a appelés à mener une vie totale de consécration et de confiance parfaite, nous devons nous comporter d'une manière différente. Nous devons quitter le monde, nous en séparer et ne devons en aucun cas y conformer notre personnalité ou notre vie. Nous devons nous prendre d'affection pour les choses célestes et non les choses de la Terre, rechercher premièrement le Royaume de Dieu et Sa justice ; nous devons Lui abandonner tout ce qui pourrait nuire à ce but. Nous devons marcher dans le monde comme Christ l'a fait et avoir l'Esprit qui était en Lui. Comme des pèlerins et des étrangers, nous devons nous abstenir des désirs de la chair qui font la guerre à l'âme. Comme de bons soldats de Jésus-Christ, nous devons nous défaire intérieurement de tout intérêt pour les affaires de cette vie, afin de plaire à Celui qui nous a choisis comme Ses soldats. Nous devons nous abstenir de toute apparence de mal. Nous devons être bons les uns envers les autres, avoir de l'amour, de la tendresse, pardonner, tout comme Dieu, à cause de Christ, nous a pardonnés. Nous ne devons pas éprouver de rancœur quand on nous traite mal ou cruellement, mais rendre le bien pour le mal et tendre l'autre joue à celui qui nous frappe. Nous devons toujours chercher à prendre la dernière place parmi nos semblables. Nous devons rechercher non notre propre honneur, mais celui des autres. Nous devons faire tout, non pour notre propre gloire mais pour la gloire de Dieu. En résumé, puisque Celui qui nous a appelés est saint, nous devons, nous aussi, être saints dans tout notre comportement. Car il est écrit : "Vous serez saint, car je suis saint."

Certains chrétiens s'imaginent que toutes les exigences de la vie sainte sont satisfaites lorsqu'on participe activement et avec succès à des activités chrétiennes. Parce qu'en public ils font beaucoup pour le Seigneur, ils se sentent libres d'être de mauvaise humeur, méchants et indignes de Christ en privé, mais ce n'est pas du tout là le genre de vie chrétienne que je décris ici. Si nous devons marcher comme Christ a marché, ce doit être aussi bien en public qu'en privé, aussi bien à la maison qu'à l'extérieur. Cela doit se faire à toute heure du jour, et non à certains moments précis ou en certaines occasions, comme sur rendez-vous. Nous devons être tout aussi chrétiens envers nos employés que nous le sommes envers notre pasteur et tout aussi "bons" au bureau qu'à la réunion de prière.

C'est dans notre vie quotidienne, à la maison, que la piété 'pratique' peut se manifester le mieux et nous avons le droit de remettre en question toute profession de foi qui ne passe pas avec succès l'épreuve de la vie quotidienne.

Un chrétien qui manifeste de la mauvaise humeur, de l'anxiété, du découragement, de la tristesse, un esprit de doute, des plaintes, exige trop des autres, qui se montre égoïste, cruel, dur, indulgent envers lui-même, ou qui parle avec âpreté ou un esprit d'amertume, aura beau être actif dans son travail et occuper une place honorable dans l'Eglise, ce n'est cependant pas un chrétien qui se comporte comme le Christ. Il ne sait rien des réalités dont parle ce livre, même si sa profession de foi est prononcée de manière retentissante.

La vie cachée avec Christ en Dieu est avant tout une vie cachée, de par sa propre source, cependant ses résultats ou fruits pratiques ne doivent pas l'être. Les gens qui nous entourent doivent voir que nous marchons comme Christ a marché, si nous disons que nous demeurons en Lui. Nous devons prouver que nous "possédons" ce que nous "professons". En résumé nous devons être de réels disciples de Christ et pas seulement en théorie. Cela signifie, entre autres choses, que nous devons résolument et absolument tourner le dos à tout ce qui va à l'encontre de la volonté parfaite de Dieu. Cela sous-entend que nous devons être un peuple "particulier" non seulement aux yeux de Dieu mais également aux yeux du monde. Nous ne devons plus regarder notre argent comme nous appartenant, mais comme étant désormais la propriété du Seigneur, destiné à être utilisé pour Son service. Nous ne devons pas nous sentir libres d'utiliser notre énergie à la recherche exclusive de satisfactions mondaines, nous devons reconnaître plutôt que, si nous cherchons premièrement le Royaume de Dieu et Sa justice, tout ce qui nous est nécessaire nous sera donné par-dessus. Nous ne nous sentirons pas le droit de rechercher la première place ou de lutter pour obtenir des avantages humains. Nous ne laisserons pas notre moi devenir, comme auparavant, le centre de toute nos pensées et de tous nos buts. Nous passerons nos journées au service du Seigneur et non plus au nôtre. Nous nous sentirons appelés à porter le fardeau des autres et à accomplir ainsi la loi de Christ. Tous nos devoirs quotidiens, à la maison, se trouveront mieux accomplis qu'auparavant, parce que tout ce que nous ferons sera accompli "non seulement sous leurs yeux, comme pour plaire aux hommes, mais comme des serviteurs de Christ, qui font de bon cœur la volonté de Dieu."

Si nous nous donnons entièrement au Seigneur pour qu'Il nous guide, le Saint-Esprit nous dirigera certainement. Mais si nous n'avons pas devant les yeux le vrai critère de vie chrétienne, notre ignorance nous empêchera de reconnaître Sa voix. C'est là la raison pour laquelle je désire être très claire et précise dans ce que je déclare.

J'ai remarqué que pour toute âme consacrée qui suit fidèlement le Seigneur, tôt ou tard, certaines choses vont se passer.

La douceur et la sérénité de l'esprit apparaîtront bien vite et deviendront les caractéristiques de la vie quotidienne. L'acceptation, dans la soumission, de la volonté de Dieu se manifeste ensuite dans les évènements quotidiens de l'existence. L'âme se laisse façonner entre les mains de Dieu afin d'agir et de subir le bon plaisir de Sa volonté. Sous la provocation elle se montre douce. Au sein des tourments et de l'agitation, elle se montre calme. Elle cède devant le désir des autres et se montre insensible aux insultes et aux affronts. Elle ne se fait aucun souci, n'est jamais anxieuse, se révèle notamment exempte de crainte. Toutes ces grâces, ainsi que d'autres, se trouvent invariablement être le développement naturel et extérieur de la vie intérieure qui est cachée avec Christ en Dieu. Pour ce qui est des habitudes de la vie, nous voyons toujours ces chrétiens délaisser toutes pensées les concernant et se soucier toujours davantage des autres. Ils s'habillent et vivent une existence simple et saine. Ils renoncent aux habitudes égoïstes et abandonnent toutes satisfactions de désirs purement charnels. Ils travaillent pour le bien des autres et laissent tomber toute activité inutile. La gloire de Dieu et le bien-être de Ses créatures deviennent le plaisir qui absorbe toute leur âme. Leur voix Lui est dédiée, afin de chanter Ses louanges. Le porte-monnaie est mis à sa disposition. Le stylo n'écrit plus que pour Lui, les lèvres ne parlent plus que pour Lui, les mains et les pieds ne servent plus que lui. Année après année, de tels chrétiens croissent en s'éloignant toujours davantage du monde. Ils sont plus sereins, pensent davantage au ciel, sont progressivement transformés, deviennent plus semblables au Christ, jusqu'à ce que leur visage même reflète la belle vie intérieure et divine. Tous ceux qui les regardent constatent alors qu'ils vivent avec Jésus et demeurent en Lui.

Je suis certaine que chacun d'entre vous a déjà reçu certains aperçus ou indications de la vie que je décris ici. N'avez-vous jamais pris conscience du fait que la voix de Dieu s'adressait à vous, au plus profond de votre âme, à ce sujet ? N'avez-vous pas découvert récemment avec douleur et détresse, que votre vie était pleine de vous -même ? Votre âme n'a-t-elle pas été plongée dans le trouble et le doute intérieurs, à propos de certaines de vos anciennes occupations ?

Ne vous sentez-vous pas mal à l'aise à cause de certaines habitudes que vous avez prises et ne désirez-vous pas agir différemment dans certains domaines ? Les sentiers de la consécration et du service de Dieu ne commencent-ils pas à s'ouvrir devant vous avec cette pensée intérieure : "Oh ! Si je pouvais marcher sur de tels sentiers !" Ces questions, ces doutes et cette aspiration intérieure ne sont que l'expression de la voix du Bon Berger qui parle à votre cœur, cherchant à vous appeler et vous détournant de ce qui va à l'encontre de Sa volonté. Je vous supplie de ne pas vous éloigner de Son doux plaidoyer ! Vous connaissez si peu les doux sentiers dans lesquels Il désire vous conduire par les étapes présentes, ainsi que les merveilleuses réserves de bénédiction qui vous y attendent au bout du chemin. Si c'était le cas, vous vous lanceriez en avant sur le sentier, l'âme emplie d'une joie ardente, afin d'accomplir tout ce qu'Il vous demande. Les hauteurs de la perfection chrétienne ne peuvent être atteintes que si l'on suit fidèlement, instant après instant, le Guide qui doit vous y conduire. Il ne nous en révèle les étapes qu'au jour le jour, dans les petits détails de notre vie quotidienne, nous demandant simplement de nous abandonner à Sa direction. Fiez-vous donc complètement à Sa main, afin d'aller où Il vous entraîne et de vous détourner de tout ce qui vous fait reculer. Obéissez-Lui parfaitement dès l'instant où vous êtes certain de connaître Sa volonté. Vous découvrirez bien vite qu'Il vous conduit avec aisance pour vous faire ressembler à Son image. Cette expérience sera un témoignage pour tous ceux qui vous entourent, qui dépassera tout ce que vous pourrez imaginer.

Je connais une âme qui s'était laissée ainsi entièrement guidée par le Seigneur selon Sa volonté. En très peu de temps, elle est passée des profondeurs des ténèbres et du désespoir à l'expérience pratique de l'union bénie avec le Seigneur Jésus-Christ. Au sein des ténèbres, elle se consacra entièrement au Seigneur, Lui abandonnant complètement sa volonté afin qu'Il puisse œuvrer en elle le vouloir et le faire, selon Son bon plaisir. Aussitôt, Il commença à lui parler, par Son Esprit, lui indiquant ce qu'elle pouvait faire pour Lui. Il lui révéla certaines mauvaises habitudes qu'elle avait prises, lui montra qu'elle était égoïste, ne ressemblait pas beaucoup au Christ et avait donc besoin d'être transformée. Elle reconnut Sa voix et Lui abandonna tout ce qu'Il lui demandait dès qu'elle fut certaine de Sa volonté ; son obéissance fidèle fut récompensée par de rapides progrès et, jour après jour, elle fut conformée davantage à l'image de Christ, jusqu'à ce que sa vie devienne un tel témoignage pour ceux qui l'entouraient, que ceux-là même qui s'opposaient à elle et ne voulaient pas croire, durent reconnaître que cela venait bien de Dieu. Ils s'abandonnèrent eux-mêmes de la même manière. A la fin, en très peu de temps, le Seigneur fut en mesure de révéler à son âme étonnée quelques-uns des secrets les plus profonds de Son amour et d'accomplir pour elle la merveilleuse promesse d'Actes 1:5 en lui donnant la réalité du baptême dans le Saint-Esprit. Pensez-vous qu'elle ait regretté de L'avoir fidèlement suivi ? Pensez-vous qu'elle ait ressenti dans son âme autre chose que de la reconnaissance et de la joie, en repensant aux diverses étapes par lesquelles elle avait été conduite en ce lieu de merveilleuses bénédictions, même si certaines lui avaient semblé à l'époque difficiles à accepter ? O chère âme, si tu connaissais une bénédiction semblable, tu t'abandonnerais comme elle à la direction de ton divin Maître et tu ne reculerais devant aucun appel qu'Il te lancerait.


"Le chemin parfait est dur pour la chair

Mais il ne l'est pas pour l'amour.

Si tu étais malade par manque de Dieu

Tu agirais tout de suite !"


Tu peux certainement Lui faire confiance ! Si certaines choses te semblent n'avoir qu'une valeur très éphémère et être indignes de l'attention du Seigneur, rappelle-toi qu'Il ne voit pas comme l'homme voit et que ce qui te paraît petit, peut être pour Lui, la clé et le secret des sources les plus profondes de ton être. Aucune vie qui connaît l'échec dans les petites choses n'est vraiment réussie. Il arrive souvent qu'un regard, une parole ou même une intonation de voix, qui apparaissent insignifiants au jugement humain, aient une importance vitale aux yeux de Dieu. Ton grand désir est de Le suivre jusqu'à bout. Ne peux-tu pas dire un "oui" continuel à Ses doux commandements, qu'ils soient grands ou petits, et Lui faire confiance pour te conduire sur le chemin le plus court jusqu'à la pleine bénédiction ?

Mon cher ami, que tu le saches ou non, la consécration c'est exactement cela et rien de moins. Cela sous-entend une obéissance inévitable. Cela sous-entend que la volonté de Dieu doit être ta volonté, en toutes circonstances et en tout temps. Cela sous-entend que dès cet instant, tu Lui as abandonné ta liberté de choix et tu t'es placé entièrement sous Sa direction. Cela signifie que tu Le suis, heure après heure, où qu'Il te conduise et sans faire demi-tour.

Quand tu t'es donné au Seigneur, tu voulais tout cela. Ce que j'aimerai t'exhorter à faire maintenant, c'est de tenir ta parole. Ne t'inquiète pas du reste et vis, d'une manière pratique ta marche et ta conduite quotidiennes, la vie que Christ fait demeurer en toi. Tu es uni à ton Seigneur par un lien merveilleux. Marche par conséquent, comme Il a marché et montre au monde incrédule qui t'entoure la réalité bénie de Sa merveilleuse puissance qui sauve, en Le laissant te sauver parfaitement. Tu ne dois pas avoir peur de cela, car Il est ton Sauveur et c'est Sa puissance qui accomplira tout cela. Il ne te demande que de t'abandonner à Lui et Il fera le reste. Il ne te donnera jamais d'ordre sans te donner en même temps le pouvoir de l'exécuter. Ne pense jamais au lendemain, dans cette affaire, mais abandonne-toi avec une confiance généreuse au Bon Berger qui a promis de ne jamais faire marcher Ses brebis sur un sentier, sans aller Lui-même devant elles pour leur rendre le chemin facile et sûr. Franchis chaque étape au fur et à mesure qu'Il te la montre. Place tous les détails de ta vie devant Lui afin qu'Il les règle et te guide. Suis rapidement et joyeusement les douces suggestions de Son Esprit dans ton âme. Jour après jour, Il te conformera plus parfaitement à Sa volonté en toutes choses. Il te façonnera selon ce que tu peux supporter afin que tu deviennes "un vase d'honneur sanctifié, utile à son maître, propre à toute bonne œuvre." Ainsi tu auras la joie merveilleuse d'être "une lettre de Christ, connue et lue de tous les hommes." Ta lumière brillera si fort que les hommes, en te voyant, verront d'abord tes bonnes œuvres et glorifieront, non ta propre personne mais ton Père qui est dans les cieux.


"Mais c'est Toi qui me façonnes, Seigneur, et je T'en remercie.

Ce que Tu as fais et fais maintenant, Tu le sais bien,

Et je T'aiderai à le faire. Je reposerai dans Ton feu

Et je brûlerai. Sur la roue du Potier,

Je tournerai patiemment, même si la tête me tourne.

Ta grâce suffira pour tout calmer.

Et, malgré la grande faiblesse, la force croîtra jusqu'à la perfection.

Je n'ai ni connaissance, ni sagesse, ni vision, ni pensée,

Ni compréhension pour justifier ton œuvre parfaite !

C'est toi qui m'as conduit où je suis. Ce que tu as forgé,

Je ne peux pas le comprendre. Mais je peux crier :

O ennemi, le Créateur ne t'a pas fait ce que tu es.

Tu contempleras un jour et tu fuiras loin de Lui !

Tu travailles à la perfection.

Et si certaines choses ne semblent pas si belles,

C'est parce qu'elles sont trop profondément aimables

Trop noblement sages,

Pour que moi, pauvre enfant, je comprenne leurs lois.

Ma sagesse la plus élevée n'est qu'un demi-rêve,

Mon amour est sans espoir, comme un courant qui descend ;

Ton bien embrasse le mal, et voici ! sa maladie disparaît"

(Georges MacDonald)





Source: J-Cl & L B.


Formulaire de contact

Nom

Adresse e-mail *

Message *